Perles péchées dans des livres "qu'on peut lire"...







        "Notre pratique est une escroquerie. Bluffer, faire ciller les gens, les éblouir avec des mots qui sont du chiqué, c'est quand même ce qu'on appelle d'habitude du chiqué Du point de vue éthique, c'est intenable, notre profession... Il s'agit de savoir si Freud est oui ou non un événement historique. Je crois qu'il a raté son coup. C'est comme moi, dans très peu de temps, tout le monde s'en foutra de la psychanalyse."
(J. Lacan, le 26 janvier 1977)
 

        "La psychothérapie ramène au pire...Ce n'est pas la peine de thérapier le psychique. Freud aussi pensait ça. Il pensait qu'il ne fallait pas se presser de guérir."
(J. Lacan, 1977, cité par Jacques Van Rillaer in : "les illusions de la psychanalyse." Edition : Mardaga. 3° édition. Page : 376).
 

        "Je me dis souvent pour apaiser le conscient : surtout ne pas vouloir guérir, apprendre et gagner de l'argent ! Ce sont les représentations de but conscientes les plus utilisables."
(S. Freud à Jung, lettre du 25-01-1909. Cité par Jacques Van Rillaer).
 

        "Ils ne se doutent pas que nous leur apportons la peste." (confidence de Freud à Jung en 1909 lors de l'arrivée de Freud aux Etats-Unis).
 

        "La langue, à peu près quelle qu'elle soit, c'est du chewing-gum."
(J. Lacan, 1977, cité par Jacques Van Rillaer).
 
 

"Je leur tordrais le cou, à tous". "Les patients c'est de la racaille". (de Freud à Ferenczi).

"La psychanalyse est comme le Dieu de l'Ancien Testament, elle ne peut tolérer qu'il y ait d'autres dieux." (Freud).
 
 

Freud admirateur de la Sainte Inquisition :
" Je rêve ainsi d'une religion du diable extrêmement primitive dont les rites s'exercent en secret et je comprends maintenant la thérapeutique rigoureuse qu'appliquaient les juges aux sorcières. Les liens de connexions ne manquent pas." (Lettre de Freud à Fliess).
"Pourquoi est-ce que les confessions faites sous la torture, ressemblent tant aux communications faites par nos malades en cours de traitement." (Lettre de Freud à Fliess du 17/01/1897).
 
 

"Nous traitons nos adversaires comme des malades." (Freud).
 

Freud à propos des femmes :
« ...l'infériorité intellectuelle de tant de femmes, qui est une réalité indiscutable, doit être attribuée à l'inhibition de la pensée, inhibition requise pour la répression sexuelle. »

Sigmund Freud, 1908
 
 

Mamie Dolto et les jeunes filles...(Interviewée par la revue Choisir en novembre 1979).

Choisir : " - Mais enfin, il y a bien des cas de viol ?
F. Dolto : - Il n'y a pas de viol du tout. Elles sont consentantes.
Choisir : - Quand une fille vient vous voir et qu'elle vous raconte que, dans son enfance, son père a coïté avec elle et qu'elle a ressenti cela comme un viol, que lui répondez-vous ?
F. Dolto : - Elle ne l'a pas ressenti comme un viol. Elle a simplement compris que son père l'aimait et qu'il se consolait avec elle, parce que sa femme ne voulait pas faire l'amour avec lui. (...)"
Choisir : - D'après vous, il n'y a pas de père vicieux et pervers ?
F. Dolto : - Il suffit que la fille refuse de coucher avec lui, en disant que cela ne se fait pas, pour qu'il la laisse tranquille.
Choisir : - Il peut insister ?
F. Dolto : - Pas du tout, parce qu'il sait que l'enfant sait que c'est défendu. Et puis le père incestueux a tout de même peur que sa fille en parle. En général, la fille ne dit rien, enfin pas tout de suite."
 
 
 
 
 

Accueil